Pourquoi le CBD n'est pas psychoactif comme le THC ?

Pourquoi le CBD n'est pas psychoactif comme le THC ?

La culture du cannabis ou la consommation à usage récréatif de la plante cannabis sont des délits, en opposition, le cannabidiol commence à se faire connaître et devient de plus en plus populaire. Pour vous y retrouver dans ce flou, découvrez pourquoi le CBD n’est pas un psychoactif comme le THC !

Comprendre les cannabinoïdes pour savoir faire la différence

Le THC (le tétrahydrocannabinol) tout comme le CBD (le cannabidiol) sont des molécules issues du Cannabis, une plante classée parmi les variétés cannabinacées. Cette catégorie végétale comprend par exemple le houblon et le chanvre.

Les deux composants du cannabis, à savoir le THC et le CBD agissent sur le corps et l’esprit, mais ils interviennent surtout sur les récepteurs endocannabinoïdes surnommés CB1. Ces derniers sont situés dans le cerveau et le système nerveux central. Le CBD agit aussi sur les récepteurs CB2 situés dans le système immunitaire, autrement dit, l’ensemble du corps.

C’est la manière dont les deux molécules agissent sur les récepteurs CB1 et CB2 qui fait toute la différence...

Le THC et son rapport à l’anandamide

Le THC agit sur les neurotransmetteurs, mais cela ne signifie pas qu’il est bénéfique pour la santé... En réalité, il s’agit d’un psychoactif provoquant des effets psychotropes pouvant représenter un risque pour le bien-être de votre corps et de votre esprit. Voilà pourquoi, au même titre que la cocaïne ou l’héroïne, le cannabis contenant du THC est considérée comme une drogue. Substance classée parmi la catégorie des stupéfiants, l’usage du cannabis est interdit en France à cause de ses propriétés psychoactives indésirables et du trafic que la consommation de cannabis encourage. Sans oublier que la consommation de cannabis encourage le risque de dépendance, c’est donc une substance provoquant une addiction et de nombreux effets secondaires.

Le THC lorsqu’il est consommé, poursuit son chemin jusqu’aux récepteurs cannabinoïdes pour les activer et les stimuler. Autrement dit, il remplace le rôle de l’anandamide, un endocannabinoïde naturellement présent au niveau des récepteurs. L’anandamide se charge de stimuler naturellement la molécule CB1, plus communément appelée molécule du bonheur. Cette dernière se charge d’augmenter l’appétit en offrant une sensation de plaisir lors de la consommation de certains aliments. Elle intervient également après une séance sportive, elle vient récompenser le corps par une sensation de bien-être.

Le THC remplace l’anandamide et c’est tout le problème. En effet, il provoque des sensations de bonheur capable d’encourager une certaine dépendance...

Le CBD, un antagoniste du THC

Si la longue catégorie des drogues mentionne le THC, ce n’est pas le cas du CBD. Pourquoi ? Une explication toute simple peut répondre à cette question : le CBD ne possède pas d’effet psychotrope, au contraire, il est bénéfique pour la santé et peut faire l’objet d’un usage médical. Issu du Cannabis Sativa, le cannabidiol est une molécule autorisée en France et très contrôlée. Défini comme un cannabis thérapeutique ou un cannabis médical, le CBD possède de nombreuses vertus.

Le cannabidiol soulage les douleurs chroniques et accompagne les patients atteints de Schizophrénie, de cancer, de sclérose en plaques, etc. Ses bienfaits thérapeutiques sont encore en étude, mais les premières recherches démontrent que cette molécule surprenante peut être utilisée à des fins médicales. Le CBD médicinal se consomme par voie orale, par inhalation, par vaporisation et de nouvelle manière de le consommer sont découvertes régulièrement. Il s’avère utile pour réduire les vomissements, la sensation de nausées, les crises d’épilepsie ou encore comme soutien pour supporter les effets secondaires de la chimiothérapie. Le cannabidiol est également un allié dans le cadre d’un sevrage quel qu’il soit, que ce soit pour une dépendance à un stupéfiant ou pour lutter contre le tabagisme.